Lancer "la conversation"

Le vieillissement est un phénomène natural. Aucun moyen d’y échapper.

Malheureusement, il y a rarement des discussions sur la préparation de nos années de l’âge d’or et si nous en avons, elles ne sont pas abordées assez tôt.

Dans cet article, Garde Confort® apporte des suggestions afin de surmonter le malaise qui empêche souvent les enfants adultes et les parents d’entamer ces discussions importantes – qu’il s’agisse de soins aux aînés et de finances à long terme, des soins de santé, des décisions de fin de vie, de la conduite automobile ou de la sécurité dans la maison.

Le meilleur conseil est de planifier avec soin et de réfléchir à de telles conversations afin que celles-ci soient aussi positives et efficaces que possible. Écrivez ce qu’il vous semble important de discuter afin de ne rien oublier.

De plus, n’abordez pas cette occasion importante en la présentant comme  «la discussion» mais adoptez de préférence une approche basée sur un processus continu d’une série de discussions. Traitez une seule question à la fois au lieu d’essayer de tout résoudre en une seule fois. De cette manière, les points à régler apparaissent moins intimidants. En commençant à petites doses, il vous sera plus facile de lancer le processus de discussions..

Voici quelques suggestions supplémentaires pour lancer les discussions :

  • Commencez tôtlorsque la santé de vos parents leur permet de participer à part entière et de partager leurs désirs, leurs besoins et leurs préférences. Dans le cas contraire, vos décisions seront peut-être dictées par un bouleversement majeur et elles ne reflèteront pas nécessairement les souhaits de vos parents.
  • Choisissez un moment et un endroit confortables pour tous. Évitez les réunions de famille spéciales telles que les anniversaires ou les périodes de fête. Choisissez un moment libre de toute obligation afin que vous puissiez avoir une conversation détendue et sans précipitation en donnant à vos parents tout le temps dont ils ont chacun besoin afin de partager leurs souhaits.
  • Incluez d’autres membres de la famille, sans oublier de les consulter avant d’en parler à votre parent afin de vous assurer que tout le monde est bien sur la même longueur d’onde et ainsi éviter toute situation contre-productive et conflictuelle.
  • Créez une expérience rassuranteen expliquant à vos parents que vous vous préoccupez de leur bien-être et que vous voulez comprendre de quelle manière vous pourriez les aider. Expliquez-leur que vous aimeriez les aider en notant par écrit leurs plans afin de les assurer que ces plans seront respectés. Vous pouvez également contribuer à élargir la discussion sur leurs plans à long terme en identifiant les responsabilités telles que l’entretien de la maison, les travaux extérieurs ou le paiement des factures dont ils aimeraient que vous ou une autre personne vous chargiez afin de leur faciliter la vie.
  • Utilisez de bonnes méthodes de communication. Regardez-les dans les yeux et rapprochez-vous suffisamment de vos parents sans pour autant envahir leur espace personnel. Le rapprochement augmente la confiance et vous permet de parler – et d’être entendu – avec une voix égale et posée.
  • Partagez votre expériencetelle que votre propre retraite ou planification successorale en guise de transition subtile vers une conversation axée sur les pensées de vos parents au sujet de l’avenir. L’exemple d’une urgence médicale vécue par un ami ou un parent peut aussi servir de point de départ de dialogue.
  • Posez des questions aux sujets des dossiers et documents personnels.Demandez à vos parents de vous indiquer où ils conservent les documents importants tels que les polices d’assurance, les testaments,  les documents de fiducie, les relevés bancaires et d’investissement, les déclarations d’impôts, les testaments de vie et les  procurations permanentes. Expliquez-leur que vous voulez être prêt à les aider en cas de besoin. C’est également une manière de découvrir quels sont les plans que vos parents ont déjà prévus et ce qui doit être fait.
  • Posez des questions ouvertesqui inciteront vos parents à partager leurs sentiments. Ensuite, asseyez-vous et détendez-vous afin de bien écouter et comprendre ce qui est important pour chacun de vos parents.
  • Proposez des options et non des conseils.Posez des questions et présentez plus d’une solution acceptable. Demandez à vos parents quelle est leur préférence. Ceci permet de les impliquer dans le processus décisionnel et de cette manière ils s’exercent à avoir le contrôle et à faire preuve d’autonomie.
  • Parlez avec respect. Abordez les discussions avec vos parents comme vous le feriez avec un partenaire. En d’autres termes, assurez-vous que vos parents sont des participants actifs dans la conversation. Prenez le temps de vous arrêter et d’écouter leurs désirs et leur besoin de maintenir le contrôle de leur vie. Évitez d’inverser les rôles dans la discussion, c’est à dire de jouer le rôle du parent et que vos parents jouent le rôle de l’enfant. Ceci pourra créer des résistances chez vos parents envers vos tentatives d’ouvrir les discussions
  • Gardez les choses simples. Tel que mentionné ci-dessus, n’essayez pas de tout résoudre en une seule fois. Le but visé est d’initialiser un dialogue continu et ouvert au sujet de l’avenir de vos parents, de partager des informations et de comprendre les souhaits et besoins de vos parents afin de prendre des décisions.
  • Impliquez d’autres partiesdans le cas où vos parents résistent aux efforts que vous faites pour lancer les discussions. Ils seront peut-être plus ouverts à écouter une personne qui ne fait pas partie de la famille mais qui est respectée par la famille. Il peut s’agir d’un médecin, d’un membre du clergé, d’un directeur de soins gériatriques, d’un représentant d’une agence locale sur le vieillissement ou d’amis et de voisins de confiance qui ont déjà aidé un de leurs proches dans une situation similaire.

 Les aînés peuvent eux-mêmes lancer les discussions

  • Si vous êtes un ou une aîné(e) orienté vers l’avenir et désireux de planifier cet avenir, vous n’avez pas besoin d’attendre que vos enfants soulèvent le sujet. Souvent, les enfants adultes n’aiment pas penser au vieillisement de leurs parents et ils hésitent à lancer les discussions.
  • Prenez l’initiative.Si vous commencez à éprouver des difficultés dans des activités de la vie quotidienne telles que prendre un bain, conduire ou gérer vos finances, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou un professionnel de la santé. Abordez également le sujet avec votre famille et demandez-lui des suggestions et de l’aide.
  • Indiquez vos préférences à votre famille et vos amis. Souhaitez-vous continuer à vivre dans votre maison en ayant recours à une aide familiale qui peut vous aider à faire certaines tâches dans la maison? Si, par ailleurs, vous avez de la difficulté à vous préparer des repas nutritifs, aimeriez-vous que ces repas soient livrés ou qu’une personne vous les prépare chez vous ?
  • Informez-vous au sujet des services disponibles qui vous seraient utiles alors que vous avancez en âge. Médecins, travailleurs sociaux, responsables de soins gériatriques et autres professionnels de la santé peuvent vous orienter à ce sujet. De plus, votre agence locale ou conseil sur le troisième âge peut également vous fournir une liste des services disponibles dans votre région.
© Copyright 2016, Garde Confort®
To visit our international sites, select from the drop-down :